Voir les signataires


La bataille victorieuse meneau coude à coude avec le BNC Palestinien contre Agrexco nous a appris qu’il fallait choisir une cible unique, un objectif, s’y tenir fermement et rassembler largement sur les valeurs qui motivent la campagne de boycott. Après Agrexco, l’entreprise israélienne Mehadrin a été choisie comme cible européenne par le BNC, la coordination BDS européenne et BDSFrance. Le 26 novembre 2011, plus de 60 actions de boycott ont eu lieu dans 13 pays européens contre Mehadrin le N°1 des agrumes (jaffa) et des avocats (TOP) sur le thème « pas d’apartheid au menu ! », « Mehadrin hors d’Europe !».

Vous avez participé à la bataille contre Agrexco, celle contre Mehadrin est engagée, ne restez pas à l’écart, apportez-lui votre énergie, rejoignez la !


MEHADRIN UNE CIBLE PERTINENTE POUR LE BOYCOTT

Mehadrin une entreprise coloniale historique,

Créée en 1951 par le ministère de l’Agriculture, tout comme Agrexco, mais 5 ans auparavant, Mehadrin fait partie de cette génération d’entreprises d’Etat qui sont historiquement le fer de lance de la colonisation de la Palestine. Le vol de la terre, de l’eau, l’exploitation sauvage des paysans palestiniens sur leur propres terres ( !), la contribution au développement économique des colonies agricoles par l’organisation de la production, la commercialisation et l’exportation des produits sont les fonctions fondatrices de Mehadrin. Qu’elle ait choisi la voie de la privatisation et de l’ultra libéralisme dès 1963 ne change évidemment rien à sa mission, au contraire elle n’en est que plus féroce dans sa gestion et ses activités. Comme toutes les entreprises israéliennes, Mehadrin tire son profit de l’exploitation directe et/ou indirecte des colonies, de l’occupation militaire et du système d’apartheid sans lesquels le système économique israélien s’effondrerait.

Mehadrin une entreprise néga-tionniste de l’histoire palestinienne

Mehadrin est depuis sa création le distributeur de la marque Jaffa, propriété d’état. Comme le décrit si bien Eyal Sivan dans son excellent documentaire « Jaffa la mécanique de l’orange » (www.momento-films.com), Jaffa c’est d’abord un port palestinien à l’économie florissante et qui exportait les célèbres oranges palestiniennes de la plaine côtière est de la Palestine à qui il a donné son nom : « Jaffa ». «L’orange Jaffa est un des symboles qui ont servi à construire le discours sioniste sur la Palestine : un « désert » que « nous avons fait fleurir ». (…) c’est le moment où se développe le « travail juif », mot d’ordre socialiste, qui exclut les Arabes. En 1948, Jaffa est détruite par les bombes et vidée de presque toute sa population. L’orange de jaffa devient alors le symbole d’un Israël sans Arabes. Une campagne publicitaire internationale impose la « Jaffa » comme une marque déposée, occultant la ville de Jaffa, ses orangeraies plus que centenaires, et l’histoire de la coopération judéo-arabe autour de ce fruit de légende » (Eyal Sivan).

Le comble c’est qu’après avoir confisqué et détourné la marque Jaffa et construit Tel Aviv qui a réduit le port de Jaffa à un quartier périphérique de sa banlieue sud, Israël a arraché la quasi totalité des orangeraies, pour planter des pamplemousses distribués aujourd’hui dans les magasins européens par Mehadrin sous la marque Jaffa.

Mehadrin une entreprise qui participe de l’apartheid

L’appropriation et la diffusion de la marque « Jaffa » prouvent l’implication de Mehadrin dans l’offensive sioniste de nettoyage ethnique menée jusqu’à extirpation de toute trace palestinienne. Cette offensive, commencée avant 1948 a été amplifiée par la création de l’état d’Israël avec la Nakba et n’a cessé depuis. Au prétexte que ça se passe en Israël on ne parle pas de « colonisation » mais c’est oublier qu’Israël pratique à l’égard des palestiniens d’Israël une politique d’expropriation des terres, de vol de l’eau, d’apartheid et de persécutions comme il le fait à l’égard des palestiniens de Cisjordanie et Gaza. Le but est exactement le même : s’approprier les terres et les maisons dont les Palestiniens sont les propriétaires afin de les contraindre à partir de chez eux.

Ceci vient d’être confirmé par le tribunal Russel pour la Palestine (TRP) qui s’est tenu à Cape Town les 5/6 novembre 2011. Le verdict est sans appel : « Israël commet le crime d'apartheid et la persécution qui est un crime contre l'Humanité. » et le TRP a souligné que tous les palestiniens en étaient victimes : (…) Ce régime discriminatoire prend des formes et des intensités différentes selon les lieux où vivent les Palestiniens. (… ) Les Palestiniens, soumis à la réglementation militaire coloniale dans les territoires, sont sujets à une forme aggravée d’apartheid. Les Palestiniens citoyens d’Israël, bien que disposant du droit de vote, ne font pas partie de la nation juive telle que définie par la loi israélienne, ils sont donc exclus des bénéfices de la nationalité juive et sont sujets à une discrimination systématique par la violation de leurs droits fondamentaux. (…) et enfin : (…) la privation systématique des droits humains empêchant les Palestiniens, y compris les réfugiés, d’exercer leurs droits politiques, économiques, sociaux et culturels.(…).

Cela signifie que le régime d’apartheid et de persécution mis en place par l’état d’Israël s’exerce contre tous les palestiniens où qu’ils se trouvent, aussi bien en Israël, à Gaza, en Cisjordanie et y compris contre les réfugiés de l’intérieur comme de l’extérieur.

Cela signifie que toutes les institutions israéliennes, d’état ou privées, toutes les entreprises, universités etc., où qu’elles se trouvent dans les territoires occupés, colonisés ou tout simplement en Israël sont partie intégrante du système d’apartheid mis en place par l’état sioniste et sont à ce titre des cibles pour la campagne BDS internationale.


Mehadrin tente de cacher son implication dans l’exploitation économique des territoires occupés

Depuis le déclenchement de la campagne européenne contre Mehadrin, la direction de l’entreprise a fait retirer du site toute information sur l’origine des produits. Ainsi il y a un mois on pouvait lire explicitement que les dates Medjoul sont « cultivées en Israël, dans la Vallée du Jourdain ». Et l’on pouvait voir l’emballage des dattes Mehadrin « Red Sea » sur fond de palmeraies de la vallée du Jourdain. Cette image est aujourd’hui remplacée par des images de dattes sur fond blanc…

C’est une première victoire de la campagne BDS !

Aujourd’hui, non seulement, la première entreprise de production et exportation des fruits et légumes israélienne ne revendique plus publiquement les colonies comme faisant partie d’Israël mais elle cache son activité dans les colonies. Elle va même jusqu’à publier des faux : une carte mentionnant ses points d’activités dont curieusement pas un ne dépasse la ligne verte du tracé de la Cisjordanie.

Mais Mehadrin aura beaucoup de mal à cacher ses activités dans les colonies de la Vallée du Jourdain et du Golan occupés.

- EQA'OT est une colonie située dans le nord-est de la vallée du Jourdain. Fondée en 1972, elle est spécialisée dans l'agriculture et contrôle environ 1800 dunams de terres qui ont été volés aux palestiniens, notamment à la communauté bédouine d'Al Hadidya. Elle produit pour Mehadrin Raisins et Dattes (Medjoul) avec mention « produit en Israël ».

- Filiale de Mehadrin fondée en 1999, la STM produit et exporte plantes aromatiques, dattes et figues de la Vallée du Jourdain.

- Mehadrin détient 50% de « Miriam Shoham », laquelle possède un centre d'emballage pour les mangues dans le Golan occupé…

        Voir les signataires


www.mehadrindegage.net

Contact : contact@mehadrindegage.net